Le jardin Férolle de Parthenay

Le jardin Férolle, d’inspiration médiévale, est ouvert depuis 2011. Il se situe sur un terrain auparavant en friche au cœur du quartier Saint-Jacques, face à la Citadelle. Sept années de travaux ont été nécessaires à l’aménagement  de ce jardin entièrement clos, dans lequel se déclinent quatre terrasses à thèmes.

Un herbier vivant

Le verger présente plusieurs variétés de poiriers et de pommiers qui sont cultivées en Gâtine. Le jardin des simples comporte des plantes médicinales telles que l’absinthe, la mélisse ou encore la sauge, qui était très utilisée au Moyen Âge et dont le nom latin Salvia veut dire « qui sauve ». Le pré fleuri évoque un espace parfois nommé le préau dans les jardins du Moyen Âge, et dans lequel les gens conversaient sur des bancs de verdure, au milieu des senteurs et des fleurs.  Enfin, dans le potager se dévoile une grande diversité d’espèces végétales utilisées pour se nourrir. Les légumineuses (fèves, pois, lentilles), sources de protéines, y tenaient une grande place autrefois.

Plusieurs espaces, plusieurs fonctions

Ce jardin contemporain, d’inspiration médiévale, présente différentes essences de plantes qui étaient connues au Moyen Âge. Suivant le modèle des jardins médiévaux, les plantations sont cultivées dans des espaces clos bordés de plessis de châtaigniers et séparés par des allées. Dans le verger, planté de pommiers, d’un cognassier et d’un néflier, les poiriers placés en bordure sont taillés en espalier, ce qui rappelle que le jardin médiéval est un espace où la nature est domptée, maîtrisée par l’homme. Le jardin des simples présente des plantes qui étaient utilisées pour se soigner, mais aussi pour aromatiser les plats cuisinés et les viandes faisandées. Dans le potager, garni de légumes, de fruits et de céréales, se trouvent aussi des plantes tinctoriales, comme le pastel et la garance, autrefois utilisées pour teindre les étoffes confectionnées par les tisserands.

Plaisirs de la table

Dans la continuité des savoir-faire antiques, le jardin médiéval est d’abord voué à nourrir ceux qui le cultivent. On les retrouve à l’extérieur des forteresses médiévales, dans les monastères, auprès des habitations ou dans les cours princières. Le capitualire De Villis écrit à la fin du VIIIe siècle montre déjà l’importance des jardins. Dans cet acte législatif, Charlemagne édicta à l’intention de ses gouverneurs, un certains nombres de recommandation, et notamment une liste d’une centaine de plantes, d’arbustes et autres essences à cultiver dans les jardins par les moines. Les différents jardins que l’on retrouve dans le jardin Férolle sont déjà clairement désignés : l'hortus ou potager, l'herbularius ou jardin des simples et le viridarium ou verger. Le nombre de plantes et d’arbustes sera enrichi au fil des siècles par de nouvelles essences venues d’Asie ou d’Amérique comme les fraises ou  l’artichaut. Les fruits et légumes enrichissaient ainsi l’alimentation et complétaient les repas en cas de pénuries de grains.

Adresse

9 rue du Puit Saint-jean

79200 Parthenay

Localisation

Galerie

    Jardin Férolle de Parthenay Jardin Férolle de Parthenay Jardin Férolle de Parthenay Jardin Férolle de Parthenay
< Retour à la liste des points d'intérêt