Situé dans un méandre de l'Auvézère sur un éperon rocheux, le village de Ségur voit le jour grâce à l'implantation de son château.

Le village

 

Le village de Ségur est né de son château, implanté en un lieu reculé mais facile à défendre. Cet éperon rocheux cerné par un méandre de l'Auvézère a accueilli une forteresse carolingienne tenue par les vicomtes de Ségur, rapidement fondus par ceux de Limoges autour de l'an Mil. Au XVe siècle, le vicomte Jean de L'Aigle, qui réside principalement au château et vient de racheter le comté du Périgord (1438), décide d'implanter ici le siège de sa cour d'appel : avec ce tribunal, appelé « cour des appeaux », Ségur devient une cité judiciaire, petite ville sans remparts mais truffée de demeures de type urbain, érigées entre 1450 et 1550. Si le commerce ne s'y développe guère, on y voit affluer des juristes et le nombre de notaires y est remarquable. Cette installation d'une cour de justice donne donc un coup de fouet au village. La cour des appeaux est supprimée par édit royal en 1750.

Alors que le réseau des églises était déjà constitué, Ségur a longtemps été partagé entre trois paroisses périphériques : Beyssenac, Saint-Eloy-les-Tuileries et Saint-Julien-le-Vendômois.

Contrainte par sa situation topographique, l'agglomération n'a pu croître que sur un espace très restreint, entre le rocher et la rivière. Des chemins sinueux distribuaient l'accès à la forteresse, à la place centrale du bourg et à des quartiers périphériques, établis outre rive. Trois ponts permettaient le franchissement de la rivière : au nord-ouest, le pont Saint-Laurent conduisait au bourg des Farges (actuel quartier Saint-Laurent) en direction de Saint-Yrieix ; au sud-est, le pont Notre-Dame, en contrebas de la chapelle du château, menait au quartier de la Basse Marche (ou Moulhony) puis au quartier du Baillargeau ; l’actuelle ruelle Richard Cœur de Lion allait au pont Richard (appelé « pont de la Basse Marche » en 1550). Un franchissement (peut-être à gué ou avec une planche) semble aussi avoir existé au nord-est.

Le château

 

L'édifice occupait tout l'éperon rocheux. L'étroitesse du lieu et ses capacités naturellement défensives ont motivé au Xe siècle au plus tard, le choix de cette implantation et l'attribution du nom : Ségur a la même racine que le mot sécurité et était donc un « lieu sûr ».

Adresse

Le bourg

19230 Ségur-le-Château

Localisation

Galerie

    Ségur-le-Château Ségur-le-Château Ségur-le-Château Ségur-le-Château
< Retour à la liste des points d'intérêt