Mentionnée dès 572, l'abbatiale Saint-Pierre fait partie d'un monastère bénédictin.

L'histoire de l'abbatiale 

L'abbatiale, avec son puits, constitue le seul vestige du monastère bénédictin et vraisemblablement l’un des plus anciens du Limousin. Il est mentionné par saint Yrieix dans son testament rédigé en 572. Les écrits manquent pour les siècles suivants.

C’est peut-être à l’occasion des incursions des Vikings que furent transférées à Vigeois les reliques venant de Grande-Bretagne d’une certaine Madagolde à qui l'on attribuait de nombreux miracles.

L’histoire de l’institution est mieux connue aux XIe et XIIe siècles grâce notamment à la célèbre chronique de Geoffroy de Breuil, prieur de Vigeois de 1170 à 1184. Il rapporte le violent incendie qui ravage l'édifice au XIe siècle et entraîne sa reconstruction au XIIe. Le cartulaire de l’abbaye mentionne 350 actes de donations qui rendent compte de ses importantes possessions.

La guerre de Cent ans et plus encore les guerres de Religion sont la cause d'importants dégâts : au cloître et à la nef de l'abbatiale. Le décor sculpté de l’église est en partie mutilé. Un incendie en 1705 accélère le déclin du monastère qui est supprimé 40 ans plus tard par arrêté royal. Les restes sont démolis sur décision de l’Assemblée Constituante en 1790. Après la Révolution, l'église devenue entièrement paroissiale se trouve dans une « condition pitoyable », elle est restaurée en plusieurs phases aux XIXe et XXe siècles et classée au titre des monuments historiques en 1886.

Lors de fouilles en 1993, au sud-est de l'église, des structures de bâtiments et plus de quarante sépultures ont été retrouvées. À l’aide de ces éléments et des renseignements fournis par les archives (expertise de 1713), les archéologues ont dressé des plans du monastère qui retracent son évolution dans le temps.

Architecture

Le plan de l'église se signale par son chœur imposant, pourvu de trois chapelles rayonnantes mais sans déambulatoire. Ce chœur voûté en cul-de-four s'ouvre sur un transept muni de deux absidioles orientées, qui communique avec une courte nef unique érigée de 1866 à 1868.

Le chevet ressemble à celui de l'église de Solignac et surtout à celui de l'abbatiale de Souillac. Les cinq chapelles sont alternativement de plan polygonal et semi-circulaire. Entre chacune d'elles, une baie est encadrée par des colonnes surmontées d'un boudin caractéristique de l'art roman limousin. Une corniche supportée par une centaine de modillons souligne la toiture d’ardoise des chapelles et du chœur.

Le clocher domine le bras nord du transept dans lequel s'ouvre un portail polylobé. Ce dernier est agrémenté de plusieurs reliefs de calcaire.

La façade ouest est percée d'un portail polylobé moderne reprenant les caractéristiques de celui du XIIe siècle.

Dans le bras sud du transept une porte murée donnait vraisemblablement accès à la maison abbatiale.

D'importantes restaurations ont eu lieu de 1992 à 2002.

Plusieurs tableaux du XIVe au XIXe siècle, classés au titre des monuments historiques ainsi que deux sarcophages découverts lors des fouilles de 1993 sont exposés dans l’édifice.

 

 

Adresse

Place de l'église

19410 Vigeois

Localisation

Galerie

    Abbatiale Saint-Pierre de Vigeois Abbatiale Saint-Pierre de Vigeois Abbatiale Saint-Pierre de Vigeois
< Retour à la liste des points d'intérêt