Pays d'art et d'histoire des Monts et Barrages

Un écrin de verdure intimiste au cœur du Limousin

Composé de 34 communes et situé au sud-est du département de la Haute-Vienne, le Pays d’art et d’histoire de Monts et Barrages se présente comme un espace de transition entre Limoges et la Montagne limousine. Ce territoire rural recèle un patrimoine riche et discret, niché dans un écrin de verdure apaisant. Au détour de chaque virage s’offre un nouveau paysage, tantôt vallonné, tantôt bocager, invitant à la randonnée et au dépaysement en toute intimité.

3 bourgs structurants

Structuré par les vallées principales de la Vienne, de la Maulde et de la Combade, le Pays Monts et Barrages s’organise autour des 3 anciens chefs-lieux de cantons que sont Saint-Léonard-de-Noblat, Eymoutiers et Châteauneuf-la-Forêt, principaux centres urbains autour desquels s’égrènent de nombreux bourgs et villages au charme certain.

 

Deux cités médiévales et un patrimoine rural diffus

Le caractère rural de ce territoire a permis une bonne conservation de ses divers patrimoines, des grands monuments des villes comme les collégiales d’Eymoutiers et de Saint-Léonard-de-Noblat aux églises plus modestes des communes rurales, en passant par un important patrimoine bâti diffus à l’échelle de l’ensemble du Pays (fours à pain, patrimoine de l’eau tels moulins, bonnes fontaines…, murets en pierre sèche, fermes et habitat rural…).

 

Une pluralité de paysages

Au-delà des bâtiments et des centres urbains, le paysage est aussi un élément clef du territoire dont il raconte l’histoire à sa manière : bocages dominant à l’ouest, l’est étant le terrain des landes préservées et de quelques tourbières, le tout entouré de vastes forêts et ponctué de nombreux lacs et barrages témoignant de l’évolution des pratiques agraires et de l’utilisation des ressources naturelles de tout temps.

Très ouverts du côté de Saint-Léonard-de-Noblat, les paysages se referment et gagnent en relief en approchant la Montagne limousine aux abords d’Eymoutiers, tandis qu’ils deviennent plus remarquables au sud de Châteauneuf-la-Forêt, avec en tête le site classé du Mont Gargan.

 

Une terre de résistance

Durant la Deuxième Guerre mondiale, de hauts faits de Résistance ont marqué ce secteur. L’apogée fut la bataille du Mont Gargan, opposant les maquisards du colonel Georges Guingouin (libérateur de Limoges en 1944) et les troupes allemandes en juillet 1944.

 

Une forte création contemporaine

Malgré sa ruralité, le Pays Monts et Barrages est un territoire ouvert aux innovations, notamment en matière de création. L’art contemporain y occupe une place de choix. Nombre d’églises arguent des œuvres contemporaines à l’issue de leur restauration, en particulier Saint-Amand-le-Petit qui abrite l’œuvre de Jean-Pierre Uhlen « L’eau, la terre, l’air et le feu » (vitraux, fresque, mobilier et éclairage), lui conférant un caractère résolument moderne malgré ses murs du XIIIe siècle !

Au-delà de lieux d’exposition présentant la création contemporaine (l’Espace Paul Rebeyrolle à Eymoutiers, le Centre International d’Art et du Paysage sur l’île de Vassivière), l’espace public n’est pas en reste, avec par exemple l’œuvre de Christian Lapie, « L’infini suspendu », prenant la forme d’immenses silhouettes de bois noirci sur les bords de Vienne à Eymoutiers.

 

Quelques idées de découvertes & incontournables

  • Saint-Léonard-de-Noblat (Secteur Sauvegardé), notamment sa collégiale  romane, seul monument du département inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France.
  • Eymoutiers, sa collégiale romane et gothique abritant l’ensemble de verrières anciennes le plus important du centre de la France (16 vitraux du XVe siècle), le Pré Lanaud et son œuvre contemporaine « l’Infini suspendu ».
  • Le Mont Gargan, site naturel classé, pour son panorama, son allée de hêtres centenaires, sa chapelle ruinée, son histoire lié à la Résistance autour du colonel Georges Guingouin, libérateur de la ville de Limoges en 1944.
  • Le lac de Vassivière, un des plus grands lacs de barrage de France (1000 ha).
  • Les Rochers de Négremont (chaos rocheux sur la vallée de la Vienne à Rempnat).
  • Le village préservé de Quenouille (commune de Peyrat-le-Château), proche du lac de Vassivière.
  • La tour d’Echizadour (commune de Saint-Méard), seul donjon du Pays Monts et Barrages datant du XIIIe siècle (propriété privée, mais visible depuis la voie publique).
  • Le pont du Dognon (commune du Châtenet-en-Dognon), construit en 1930, à l’architecture contemporaine surprenante en milieu rural.
  • L’œuvre contemporaine de l’artiste Jean-Pierre Uhlen dans l’église restaurée de Saint-Amand-le-Petit (vitraux, fresque, mobilier, éclairage).
  • La multitude de petites églises rurales charmantes comme Rempnat (toute en couleurs), Saint-Gilles-les-Forêts (pour ses vitraux contemporains), Sainte-Anne-Saint-Priest (3 églises sur cette commune : une commanderie templière dans le bourg, une transformée en grange et privée dans le village de Villevaleix, une autre restaurée par un passionné devenu son propriétaire au village de Saint-Priest-les-Vergnes), Cheissoux (typiquement limousine), Saint-Martin-Terressus (pour son retable du XVIIe siècle), Royères (pour la fresque du XIIe siècle qui y a été découverte lors de sa restauration), Saint-Julien-le-Petit (pour ses 2 clochers)…
  • Les Jardins de Mas Maury à Rempnat (propriété privée, ouverte l’été) : parc paysager, parterres, pièces d’eau, théâtre de verdure avec potager ancien ouvrant sur un vaste panorama du paysage nord-corrézien.

 

Quelques sites de visite

  • L’Espace Paul Rebeyrolle à Eymoutiers (art contemporain).
  • Le CIAP (Centre International d’Art et du Paysage) sur l’île de Vassivière (art contemporain).
  • La Cité des insectes à Nedde.
  • Le Moulin du Got à Saint-Léonard-de-Noblat (papeterie et imprimerie à l’ancienne).
  • Le Musée de la Résistance à Peyrat-le-Château.

Localisation

Galerie

    Monts et Barrages Monts et Barrages Monts et Barrages Monts et Barrages Monts et Barrages Monts et Barrages